Fédération Française des Audioguides Historiques

Les témoins de la passion du Christ en Provence.

Circuit audioguidé

Les témoins de la passion du Christ en Provence. Audioguide Historique

Si au XIX siècles certains historiens remettaient en cause l'existence même d'un rabbi juif nommé Jésus, aujourd'hui l'étude des textes antiques, indépendamment des sources chrétiennes, apportent des preuves irréfutables qui sont reconnus de tous.

La physique quantique, l'une des sciences parmi les plus récentes, nous apprend l'étude des choses que l'on ne peut pas voir, car elles sont trop petites, par l'analyse de l'action qu'elles ont sur leur environnement.

Le Christianisme a modelé notre pays, pas un seul village sans son église, pas une ville sans sa cathédrale et pas une campagne sans son monastère.

Les premiers Chrétiens sont venus de la méditerranée. Nous vous invitons à suivre leurs pas et trouver les traces de leurs empreintes entre les Saintes Maries de la mer et Avignon.

Les traces de cette présence chrétienne antique sont très nombreuses. Elles se rapportent aux vies de Marie-Madeleine, sainte patronne de la Provence, de sa sœur Marthe et de son frère Lazare, le « ressuscité », qui est depuis toujours considéré comme le premier évêque de Marseille, ainsi que de leurs compagnons : Maximin, Marie-Salomé, Marie-Jacobé, Sarah, Marcelle... qui furent tous des contemporains du Christ. Arrivés par bateau selon la tradition antique aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les signes de leur passage en Provence sont nombreux, cohérents et de nature variée en beaucoup de lieux comme à Marseille et aux Aygalades (Marie-Madeleine, Lazare), à Tarascon (Marthe), à Aix-en-Provence (Maximin, réputé premier évêque, et Sidoine, réputé second évêque), à la Sainte-Baume (Marie-Madeleine), à Pignans (Nymphe, sœur de Maximin), à Apt (sainte Anne), à Saint-Maximin (Marie-Madeleine, Maximin) où la Basilique Sainte Marie-Madeleine est considérée comme le troisième tombeau de la Chrétienté après le Saint-Sépulcre de Jérusalem et ceux des Apôtres Pierre et Paul à Rome. L’étude récente du sarcophage et la datation des reliques très exceptionnelles de Marie-Madeleine sont comme une confirmation des traditions orales et des écrits à ces sujets, en cohérence avec toutes les autres reliques, les traditions et la toponymie. Aucune autre région du monde ne revendique d'ailleurs ces saints importants.

D’autres vies de saints s’inscrivent aussi dans la même période, au Ier siècle. Par exemple celle du chevalier Torpès Caius Silvius Torpetius, martyrisé sous Néron, et qui donnera son nom à la ville de Saint-Tropez. Converti selon la tradition au Christianisme par l’apôtre saint Paul de Tarse dont il assure la garde durant sa captivité à Rome, il affirme sa foi en présence de Néron lors de l’inauguration du temple romain de Diane de Pise. Néron le fait flageller mais la colonne à laquelle Torpès est attaché se brise, tuant son bourreau Satellicus. Furieux, l’empereur romain le fait alors livrer aux fauves mais le lion et le léopard se couchent aux pieds de l’homme. En 68, Torpès est finalement décapité.

Carte touristique Les témoins de la passion du Christ en Provence.